Les réseaux sociaux : un accès à l’information 10
fév

Les réseaux sociaux : un accès à l’information

Les réseaux sociaux sont en plein développement, se renouvellent continuellement, et deviennent un moyen d’accès à l’information de plus en plus crédible. OffreDigitale parle de ce phénomène.

 

L’accès à l’information facilité

 

Les difficultés de la presse et de la radio ont poussé les médias à s’orienter vers les réseaux sociaux. Ceux-ci offrent une solution aux médias, puisque que les jeunes notamment se désintéressent pour ces derniers. Les journaux comme Le Monde, le Parisien ou encore le Figaro ont décidé d’être présents sur les réseaux sociaux. Ainsi, l’accès à l’information est simple et gratuit. Sans attendre, les utilisateurs peuvent avoir accès aux articles 24H/24.

Résultat : 51% des répondants d’une étude menée dans plusieurs pays d’Europe utilisent les réseaux sociaux pour avoir accès à l’information, quand cette source d’information est la première pour 28% des 18-24 ans.

 

Une possibilité de diversification sur laquelle les géants d’internet ont sauté, et dont Facebook est le grand gagnant. Parmi les personnes se servant des réseaux sociaux comme 1er moyen d’accès à l’information, Facebook est le plus utilisé. On trouve ensuite Twitter et Snapchat, avec sa catégorie Discover, de plus en plus utilisée par les médias pour relayer leurs articles sans passer par leur site. Et alors que Twitter est passé de la catégorie « réseau social » à « News » dans l’Apple Store, Facebook a lancé le Journalism Project, afin de rassembler les informations les plus pertinentes et en donnant plus de visibilité aux vrais médias.

 

L’objectif étant d’acquérir de nouveaux lecteurs, les réseaux sociaux se montrent plus performants que les médias pour amener les lecteurs vers les informations. Tout d’abord par le nombre d’utilisateurs, mais aussi et surtout parce que les algorithmes des réseaux sociaux proposent du contenu suivant un historique de lecture : il n’y a pas nécessairement besoin de faire la démarche d’aller chercher les informations. Il va devenir difficile pour les médias de se faire une place, car si l’opportunité de conquérir de nouvelles audiences est inédite, la possibilité de se distinguer est réduite par un flux d’informations toujours grandissant.

 

Avoir un tel flux d’informations pose problème 

 

Il existe cependant des motifs de préoccupation pour les médias. Quand on sait que près de la moitié des internautes ne vérifient pas la source d’un contenu, les médias peuvent s’inquiéter de la portée de leurs informations. De plus en plus de plateformes se développent, et la quantité de contenu présente sur les réseaux sociaux donne moins de visibilité aux médias. Il y aura de nombreux perdants à ces changements et à cette évolution, mais quelques gagnants en bénéficieront.

 

Autre problème généré par l’adoption des réseaux sociaux comme outil d’accès à l’information, la source de revenu généré par les publicités. Ne visitant pas forcément le site, les lecteurs ne s’arrêtent parfois qu’à la publication sur la plateforme, et n’est donc pas forcément atteint par la publicité. Il faut ajouter à cela l’augmentation du « adblocking », puisque de plus en plus d’utilisateurs utilisent des logiciels empêchant la diffusion de publicités. On compte aussi une part minoritaire d’internautes payant pour avoir accès à l’information, alors que la plupart des médias ont du contenu accessible seulement à leurs abonnés.

 

Les médias comme Le Monde, Le Parisien, ou encore l’Equipe ont cependant la préférence des utilisateurs. Leurs contenus sont les plus consultés et ils font donc partie des gagnants de ces changements. D’ailleurs le lancement du Facebook Journalism Project a pour but de donner une visibilité optimale aux médias les plus pertinents afin d’éviter les fausses informations, alors que Facebook est accusé de laxisme dans le relais d’informations.

 

N’hésitez pas à réagir sur les réseaux sociaux d’OffreDigitale pour nous dire si les réseaux sociaux sont votre première source d’info !

Ajouter un commentaire